July 27, 2021

Au Mali, les forgerons sont les premiers innovateurs

Written by:
Talhata Touré

Samedi 10 juillet, Kabakoo a eu le plaisir d'accueillir Moro Kanté, un forgeron de longue expérience issu d’une famille de forgeron au sein de laquelle le métier se transmet entre générations. C'était l’occasion de pouvoir discuter avec lui, un grand-père doté de connaissances ancestrales, une bibliothèque vivante. Moro Kanté, l'octogénaire aux doigts magiques a partagé ses expériences, son savoir-faire et surtout, il a expliqué la place primordiale du forgeron dans la société malienne.

“Les forgerons sont ceux qui étaient à la base de l’innovation dans la société traditionnelle, c'étaient eux qui identifiaient les problèmes de la société et fabriquaient des outils permettant de faciliter la vie de leurs concitoyens.”
“Lorsqu’une femme faisait des fausses couches répétitives, si elle arrivait finalement à trouver un enfant, cet enfant était donné à un forgeron en adoption pour, selon la tradition, maximiser ses chances de survie. J’ai moi-même adopté deux garcons comme cela, tous deux sont aujourd'hui des adultes et continuent de pratiquer le métier de forgeron.”

Les Kabakoois·e·s étaient impressionné·e·s par le processus d'apprentissage des techniques de la forge, qui s'appuie sur l'oralité et les sens pour inculquer les savoirs-faire aux apprentis forgerons. C'est-à-dire la mémoire visuelle qui enregistre la répétition des gestes, et la pratique quotidienne qui permet à l'apprenti forgeron d'améliorer sa technique. C’est de cette manière que Moro Kanté a appris aux côtés de son père.

Kabakoo Academies_forgeron_highdigenous Talks
Transmission de savoirs locaux à la nouvelle génération.

Moro Kanté a également insisté sur la protection de l'environnement, qui faisait partie des fondements de la société malienne à son époque. C'était un devoir pour chaque individu de s'occuper de la nature, de planter des arbres et surtout de préserver la nature. Par exemple, il a expliqué aux apprenant·e·s l'importance de manger dans des ustensiles biodégradables plutôt que des ustensiles en fer, en plastique ou en aluminium qui dégradent leur santé et l'environnement; contrairement aux ustensiles biodégradables à base d'argile (poterie) et de calebasse qui protègent leur système immunitaire et leur environnement.

“Vous ne pouvez pas préparer à manger dans du métal, manger dans du métal, et avoir le coeur apaisé.”

Moro Kanté n’a pas oublié de mentionner les difficultés auxquelles les forgerons font face aujourd'hui. Dans une société importatrice de plus en plus tournée vers le reste du monde, les forgerons n’ont plus la place qu’ils occupaient dans la société auparavant. Le métier de forgeron ne nourrit plus et beaucoup de forgerons sont contraints de pratiquer d’autres activités pour pouvoir subvenir à leurs besoins.

Il a notamment insisté sur le rôle de l'accompagnement de l'État pour la sauvegarde des valeurs culturelles, et l’importance de maintenir une association pour les forgerons de vieilles générations afin de transmettre les notions à la nouvelle génération. Il a plaidé en faveur de discussions pour valoriser le travail des forgerons, en particulier leur contribution dans la création des fusils pour l'armée, des houes pour l'agriculture et des ustensiles de cuisine “made in Mali”.


Kabakoo Academies_forgeron_highdigenous Talks
Moro Kanté, forgeron (85 ans), en pleine discussion avec des apprenant·e·s à Kabakoo!

La discussion fut très riche en questions et en échanges. Moro Kanté a incité la jeunesse à éveiller sa conscience et considérer les aspects positifs de la tradition tout en les combinant avec la modernité.

“Aujourd'hui tout est importé, même les choses les plus simples à faire, que nous forgerons peuvent faire. Mais les jeunes aujourd'hui pensent que les produits fabriqués à l'étranger sont de meilleure qualité que les nôtres".
“Nous ne pouvons pas renoncer à nos langues, nos cultures et nos savoirs locaux au profit de ce qui vient d’ailleurs sous prétexte qu’ils sont primitifs ou pas modernes. Aujourd'hui nous courons derrière la modernité en délaissant nos savoirs locaux sans se rendre compte qu’ils sont aussi ingénieux que ce que nous importons d’ailleurs. En les combinant avec ces derniers nous avons la chance de pouvoir arriver à un résultat conforme à nos réalités socioculturelles.”

Toute la communauté Kabakoo remercie chaleureusement Moro Kanté d'avoir passé toute une matinée à communier avec les apprenant·e·s!

Les intéressé·e·s peuvent voir le replay de la discussion avec Moro Kanté, doyen des forgerons de Bamako, ici: